L’entreprise, membre du groupe EADS, emploie plus de 7000 personnes sur son site de Marignane. 3 questions à Pierre Ginestel, vice-président des ressources humaines d’Eurocopter, premier fabricant mondial d’hélicoptères civils et parapublics.

Votre activité est florissante. Comment cela se traduit-il en termes de recrutement ?
Nous sommes effectivement en période de croissance. Les commandes sont en augmentation et nous le devons à une politique d’innovation constante et efficace : pas une année sans nouveaux produits, prototypes ou nouvelles versions d’appareils. Cela implique des besoins en personnel d’autant plus importants, notamment dans les secteurs de la production, l’engineering et les services. En 2012, nous avons ainsi créé 700 nouveaux emplois, en plus des remplacements pour départs à la retraite ou autres. Le recrutement 2013 s’annonce assez semblable.

Qui est concerné par votre politique d’embauche ?
Pour 40% des postes, cela touche une population de cadres, avec une forte représentation d’ingénieurs, et un recrutement européen, voire international. Le reste se répartit à parts égales entre les compagnons et ouvriers d’une part, des techniciens armés d’un Bac +2 ou +3 d’autre part. Nous nous efforçons d’intégrer davantage de personnel féminin et avons initié une politique de « gender diversity », avec des actions de fond et des campagnes dans les établissements scolaires et les écoles d’ingénieurs pour expliquer nos métiers. Nos embauches s’adressent aux jeunes à 40%, et à un public plus expérimenté pour le reste.

Quels sont les atouts d’Eurocopter qui décident les jeunes diplômés et les candidats à l’embauche ?
C’est d’abord le produit. L’hélicoptère est terriblement attractif, très innovant, et intéresse beaucoup les jeunes. Vient ensuite la dimension internationale, avec la possibilité au cours de sa carrière d’aller un peu partout dans le monde. Enfin, il y a la perspective d’évoluer dans l’entreprise grâce à des opportunités de carrière et de progression importantes. Notre politique RH passe par des « people reviews » réguliers et une grande écoute.

  • Propos recueillis par Nathania Cahen pour L’Express.


Eurocopter « Lauréat » de la Région Sud-Est par RegionsJob